Actualités | Audio/Vidéo | Evènements | DIY | Domotique | Informatique | Maison | Mobile | Sécurité

Automatisation de la piscine de Gael #IPX800 #Imperihome

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 16
MauvaisTrès bien 

Aujourd'hui, nous donnons la parole à un de nos lecteurs qui vient contribuer avec l'automatisation de sa piscine. Un cas bien concret qui vous montre comment on peut gagner en confort avec une IPX800. Quand j'ai vu ce qu'il avait fait, je me suis dit que vous seriez intéressés et que celà donnerait des idées pour améliorer votre piscine ...

Présentation de l’installation :

- Piscine en béton banché 8 x 4m. Fond plat. Hauteur d’eau 1,5m
- Filtration à sable
- Stérilisation au chlore par électrolyseur
- pH automatique
- Pompe à chaleur 9kW
- Volet de sécurité PVC à clé
- Robot aspirateur électrique
- 2 Spots à LED dans le bassin
- Construction d’avril à juillet 2012

L’ensemble a fonctionné avec le matériel d’origine jusqu’à l’été 2015.

La filtration était alors gérée par le boitier électrique et une horloge intégrée. Il fallait donc corriger la durée de filtration manuellement, en fonction de l’avancée dans la saison, et de la température de l’eau (je suppose que beaucoup de personnes sont dans ce cas).

D’autre part, la pompe à chaleur était forcément asservie à la filtration.

Le démarrage de la filtration entrainait forcément le démarrage de la PAC (Impossible de dissocier les deux)

Au niveau de l’électrolyseur, celui-ci était contrôlé par une horloge indépendante, mais la production devait être ajustée manuellement en fonction de l’utilisation de la piscine. (baisser la production en cas de mauvais temps, l’augmenter en cas de chaleur et d’utilisation +++)

Les spots à LEDs étaient initialement connectés au boitier électrique, et commandés via une télécommande fournie par le fabricant. Télécommande qui n’a jamais fonctionné vraiment correctement.

Avant de modifier mon installation, j’ai réfléchi au cahier des charges : il me fallait pouvoir contrôler facilement la filtration, en la décalant si possible dans les heures creuses EDF (donc la faire commencer la nuit), sachant qu’en plein été je filtre en moyenne 16h / jour.

Par contre, il fallait que la PAC commence à fonctionner beaucoup plus tard, quand la température de l’air était suffisamment chaude (idéalement vers 8-9h le matin)

J’avais également besoin de mieux contrôler le taux de chlore. Les tests par prélèvements c’est bien, mais c’est vite contraignant.

J’ai donc installé 1 IPX800 V3 ainsi que 2 modules complémentaires X880. (car je gère aussi tout l’arrosage enterré du jardin)

J’ai modifié le tableau électrique d’origine, pour pouvoir séparer le fonctionnement de la filtration et de la pompe. (J’ai intercalé un contacteur de puissance entre l’IPX et la pompe). J’ai bien sûr gardé la sécurité au niveau de la PAC, empêchant son fonctionnement, si la filtration est arrêtée.

J’ai également modifié le fonctionnement des spots, en raccordant le transfo 12V à l’IPX

Le pH auto est également raccordé, de même que l’électrolyseur.

J’ai également modifié le volet de sécurité, tout en conservant son fonctionnement d’origine via la clé fournie. Désormais, l’ouverture et la fermeture peuvent se faire via l’IPX (en gardant TOUJOURS un œil sur le volet lors de la manœuvre !!!) Cette décision de modifier le volet s’est faite pour une raison un peu étrange peut-être : les moustiques ! Le soir, quand nous avions fini la baignade, il fallait refermer le volet. Donc rester 3 minutes immobile, accroupi, le temps que la manœuvre soit complète. A chaque fois, nous étions attaqués par les moustiques pendant cette cette manœuvre…

 

Dernière modif : le robot électrique.

Auparavant, il fallait systématiquement brancher le boitier transfo sur le secteur et appuyer sur un bouton, dans le local technique, pour lancer le nettoyage. C’est vite casse pieds quand, en plein été, il y a souvent 2 nettoyages à faire par jour…

J’ai donc désossé le boitier transfo (vu qu’il n’est plus garanti) et j’ai essayé d’en comprendre le fonctionnement.
Après un peu de réflexions, j’ai pu connecter tout ça à l’IPX, qui se chargera de tout

 

Pour résumer :

- 1 relais pour la filtration
- 1 relais pour la PAC
- 1 relais pour le pH auto
- 1 relais pour l’électrolyseur
- 1 relais pour les spots du bassin
- 1 relais pour l’alimentation du volet de sécurité
- 1 relais pour le switch ouverture / fermeture du volet
- 1 relais pour alimenter la carte électronique du robot
- 1 relais pour donner l’ordre « ON » au robot.

Toutes les programmations horaires, et les durées de fonctionnement sont faites grâce à une Zibase V1.

Vers 2h00 du matin la filtration démarre

A 8h30, la PAC démarre

La Zibase relève la température de l’eau vers midi, (grâce à une sonde étanche fournie par GCE et raccordée à l’IPX). Cette température est intégrée à une variable. A partir de cette variable, la Zibase calcule le temps de filtration nécessaire et coupe la PAC 1h avant.

Le robot est pour le moment programmé pour effectuer un nettoyage du bassin chaque nuit à 2h00. En plein été, il fera 2 nettoyages par jour.

La prochaine évolution est l’achat d’un module X200pH et de 2 sondes (pH et RedOx). La sonde pH me permettra de suivre le pH du bassin sur mon téléphone, et d’ajuster des paramètres lorsque nous sommes en vacances par exemple. La sonde RedOx permettra de connaître le taux de chlore, et de gérer automatiquement le temps de fonctionnement de l’électrolyseur.

Pour installer ces sondes, j’ai choisi des chambres d’analyse. Pour une question de couts, j’ai choisi des boitiers filtrants « classiques » à 30 euros sur le net, que j’ai mis en série. J’ai fraisé le dessus de chaque filtre, adapté un porte-sonde, et étanché le tout grâce à de la résine epoxy. Après quelques semaines de tests, tout est parfaitement étanche ! (pour le moment, 2 filtres sont équipés de bouchons, dans l’attente des sondes pH et RedOx pour l’IPX ; la troisième sonde est une sonde pH reliée au pH auto). A savoir que des chambres d’analyse « toutes prêtes » coutent souvent 200 euros les 2 sur le net... Je m’en suis sorti à environ 100 euros les 3 avec les porte sondes…

Au niveau de la consommation électrique, j’ai constaté une baisse. Ce n’est pas magique, mais ça a baissé quand même… Le fait de dissocier PAC et filtration y est pour beaucoup…

Je dirais que j’ai gagné  entre 40 et 50 euros en 2015, versus 2014. Par contre, j’ai aussi beaucoup gagné en confort ! et c’est aussi cela que l’on demande à la domotique !

S’il y a des points à préciser, creuser, je suis dispo !

Merci à Gael pour la présentation de ce très beau projet d'automatisation de la Piscine ...

 

Vous n'avez pas compris un point ? Vous vous posez une question ? Vous pouvez nous contacter via le bouton Assistance sur votre gauche. N'hésitez pas à demander un rendez-vous téléphonique avec Domotics.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez le partager sur vos réseaux sociaux pour soutenir son auteur et l'encourager à écrire de nouveaux articles ...

 

Cet article vous est proposé par Domotics: Domotics habite dans la région Toulousaine. Il est ingénieur en informatique et électronicien amateur. La domotique est pour lui une passion qu'il pratique depuis 1999. En 2003, il décide de partager ses expériences sur le magazine et le forum de touteladomotique.com.

En 2014, il crée sa société de conseils en Domotique ID2domotique.com et sa boutique en ligne laboutiquededomotique.com. Profitez de l'expérience et l'expertise de Domotics en faisant appel à ses services. Les conseils sont gratuits ...

Mise à jour le Lundi, 16 Mai 2016 21:51  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recherche

Newsletter ?

Bon Plan

Instagram

Publicité



Connexion