Actualités | Audio/Vidéo | Evènements | DIY | Domotique | Informatique | Maison | Mobile | Sécurité

iChat Vs iRobot

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Non, il ne s'agit pas ici de traiter d'une énième version d'un film étrange de type “robot contre envahisseurs” mais un essai de l'aspirateur robot "Roomba" de chez IRobot à l'épreuve de la vie quotidienne et surtout à l'épreuve de mon chat diabolique, qui jette sa litière par dessus bords, perd ses poils et adore renverser sa gamelle.

Le match semble perdu d'avance me direz-vous ...

Détrompez-vous, car "Roomba", sorti en Septembre 2011, a plus d'un tour dans son sac. L’un des 4 modèles distribués en Europe de la génération “700” et annoncé comme le “robot le plus sophistiqué” de la gamme d’aspirateurs IRobot, Roomba est plein de promesses et semble pouvoir tenir la distance dans ce match plein de suspense.

 

Déballage

Le modèle 780 de "Roomba" est livré avec :

- deux murs virtuels Lighthouse,

- sa base de chargement,

- une batterie rechargeable,

- une télécommande infrarouge,

- une jeu de brosses de rechange (brosse principale, brosse auxiliaire et brosse latérale),

- un petit peigne permettant de nettoyer les brosses du robot (très efficace à l’usage!),

- 4 filtres HEPA (2 équipés, 2 de rechange).

 

Bref, tout l'équipement adéquat pour faire du bon travail.

Il a suffi de le brancher afin qu'il charge, d'acheter 4 piles (modèle LR14) pour les murs virtuels (2 piles par mur, car malheureusement, les piles ne sont pas fournies …) et il était fin prêt.

 

Une autonomie épatante... à tous points de vue !

"Roomba" présente une autonomie importante, et je ne parle pas uniquement de batterie...

"Roomba" est annoncé avec trois heures d'autonomie. Cette autonomie annoncée est la plus importante du marché : d’autres modèles de la gamme Roomba ne présentent qu’une autonomie de 2h00 et certains de ses concurrents sont même limités à 1h00.

Certes, il s'agit d'une donnée constructeur, mais à l'usage, il s'est avéré que ce petit robot était vraiment endurant : il a toujours fait d'une seule traite le nettoyage de nos 50m² (surface dont le nettoyage lui prend au maximum 2h00). Les modèles Roomba séries 700 sont d’ailleurs annoncés pour une autonomie de nettoyage de 120 m².

En outre, lorsque son temps de charge n'était pas suffisant (par exemple, quand ses maitres adoptifs lui faisaient enchaîner le nettoyage des 50m² du rez-de-chaussée et des 50m² de l'étage), il rentrait tout seul à sa base, afin d'éviter de tomber en panne au milieu du salon : il se recharge automatiquement entre chaque cycle de nettoyage. Toutefois, Roomba 780 ne reprend pas son cycle de nettoyage là où il l’avait laissé en allant se recharger. Un inconvénient face à certains de ses concurrents qu’il compense toutefois par son autonomie, qui est censée lui permettre d’abattre son travail d’une traite.

Roomba retrouve sa base assez facilement, grâce à un système de positionnement Infra-rouge (basé sur le même système que les avions):  le robot effectue quelques zig-zag, étranges de prime abord, qui lui permettent en fait de venir s'aligner parfaitement dans l'axe de sa base...

 

Son autonomie ne s'arrête pas là :

- il sait monter et descendre des tapis tout seul : et nous ne l'avons pas épargné sur ce point là ... il a successivement gravi des paillassons de près de 2cm d'épaisseur, des tapis à poils mi-longs, des tapis à poils ras ... Tapis à poils ras, qu'il a d'ailleurs très bien "récupéré", celui-ci étant magnifiquement décoré de poils de chat (que l'aspirateur "conventionnel" avait du mal à décrocher) : en effet, grâce à ses petites brosses intégrées, Roomba ne fait pas qu'aspirer : il décroche les particules et les attrapent efficacement !

Le système de brosses dont il est doté lui permet de ne pas se coincer sous les tapis : il parvient sans aucune difficulté à monter sur les tapis, et à en redescendre toujours aussi facilement.

 

- il ne tombe pas dans les escaliers. Certes, tous ses concurrents sont dotés d'une fonction "détecteur de vide", mais malgré la mention sur la boîte, nous étions un peu inquiets la première fois qu'il s'est aventuré en haut d'un escalier...mon chat le suivait d’ailleurs d’un air circonspect. Roomba a en fait ralenti jusqu'au bord et a longé le vide, grâce à ses 6 capteurs “CliffDetect”. Ouf, un autre obstacle vaincu au grand dam du chat !

 

- il détecte les endroits les plus sales afin d'y passer plus de temps, grâce à sa fonction “Dirt Detect Série 2”, qui repose en fait sur des détecteurs acoustiques et optiques qui détectent les amas anormaux de sable, poussières ou débris plus importants. Ne croyez pas qu'il se promène dans la pièce et va directement sur les zones à nettoyer le plus. Sous le terme "dirt detect", il s'agit en fait, pour le petit Roomba qui suit son schéma de nettoyage, de stopper son chemin lorsqu'il détecte une zone particulièrement sale. En clair, alors qu'il file droit et d'un air décidé, Roomba se met alors curieusement à faire des mouvements concentriques (ou plus rarement, d’avant-arrière) : il s'agit pour lui de s'appliquer sur les endroits qui en ont le plus besoin.

 

- il ne cartographie pas les pièces à nettoyer comme certains de ses concurrents mais, grâce à ses différents détecteurs (optiques et acoustiques), il ralentit avant de rencontrer les obstacles afin de ne pas heurter trop violement les meubles. Son pare-chocs en polymère est également mobile afin d’absorber les chocs que ses détecteurs n’auraient pas pu lui permettre d’éviter (cela peut arriver quand il rencontre un obstacle qui ne touche pas le sol comme le bas d’un meuble, par exemple). En effet, il s’est avéré à l’usage assez délicat avant de rencontrer les obstacles et n’a donc pas abimé nos meubles ni renversé les différents objets que le chat avait perfidement laissés sur sa route.

Lors d’un test, il n’a pas renversé la boîte de céréales vide que nous avions laissée au milieu de la pièce : il l’a délicatement poussée pour dégager sa route.

 

- il peut être programmé : la programmation est assez facile et intuitive, via des boutons sensitifs et permet de régler une heure de démarrage différente pour chaque jour de la semaine : on sélectionne donc le jour de la semaine que l’on souhaite programmer et on règle ensuite l’heure. Petit bémol constaté lors de la programmation : le jour actuel de la semaine n’est pas automatiquement sélectionné, il faut donc jouer de la touche afin de faire défiler les jours.

Attention toutefois, si l’aspirateur n’est pas réglé initialement sur le bon horaire, et que vous n’avez pas vérifié ce petit point de détail, vous risquez de voir votre programmation inefficace, et le robot se déclencher à 5h00 du matin par exemple (true story !).

 

-   il se signale lorsque son bac à poussière est plein en activant un signal lumineux (en rouge sur la photo), et continue son travail. S’il n’a pas pu finir avant d’être complètement saturé, il s’interrompt alors au milieu de la pièce (cela arrive très rarement).

 

Un robot qui ne manque pas d'aspiration

Roomba 780 est équipé d’un bac de 0,5 litres qui lui permet de stocker les différentes saletés.

Ce bac parait d’une contenance limitée, mais cependant, il s’avère suffisant pour réaliser plusieurs passages d’aspiration sur une surface de 50m². Comme vous pouvez le constater, même avec notre chat, il faut plusieurs passages pour atteindre ce remplissage et l’alerte de vidage de bac :

 

Le bac est très pratique à vider  : il s’agit d’un tiroir sur l’arrière du robot qu’il suffit de tirer. Le bac est quasiment fermé (afin d’éviter de renverser de la poussière lors de la vidange du robot), toutefois, il ne s’agit pas d’une fermeture hermétique : attention donc lorsque vous manipulez le bac à poussière.

 

Il y a donc une petite trappe à ouvrir afin de vider le bac à poussière.

Toutefois, nous ne sommes pas certains que ce bac à poussière reste aussi simple d’utilisation avec le temps. En effet, le modèle d’essai qui nous a été prêté n’était pas neuf, et nous avons commencé sur la fin du test à ressentir des difficultés pour extraire le tiroir.

 

Les différentes brosses se sont révélées à l’usage très efficaces : avec les poils de chat qui trainent partout et les différents grains de litière quotidiennement dispersés dans la maison, l’aspirateur ne s’est pas bouché et a poursuivi vaillamment sa mission. Pour montrer sa vaillance et ses capacités, il a même aspiré, dans le désordre : un mouchoir, une facture edf, une balle de souris (vous savez, les boules de nos antiques souris d’ordinateur). Cependant, avec cette dernière coincée dans ses brosses, Roomba a rendu les armes et a déclenché une alerte en s’immobilisant.

 

Son réservoir AeroVac™ Série 2 nous a donc semblé tenir toutes ses promesses… malgré nos tests peu conformistes !

Roomba est enfin doté de filtres HEPA. Ceux-ci ont supporté le mois d’utilisation intensive que nous avons fait de ce petit robot, mais auraient certainement du être changés/lavés (au minimum, un soufflage sérieux) au bout de quelques semaines.

 

Une utilisation très facile

Si l’on ne souhaite pas utiliser les fonctions de programmation, ou que l’on souhaite déclencher un nettoyage manuellement, il suffit d’appuyer sur un bouton central, et Roomba se met alors en marche.

Les autres fonctions offertes par Roomba, via ses touches sensitives, sont assez intuitives : programmation, dock (pour un retour à la base), spot clean (fonction nettoyage ciblé pour indiquer à votre robot que vous souhaitez qu’il nettoie rapidement une zone particulière).

Comme nous l’avions déjà dit, pour ce qui est de la fonction programmation, celle-ci est très facile d’utilisation : il suffit de sélectionner les jours à planifier, puis ensuite de renseigner l’horaire de démarrage correspondant. Il est donc possible de programmer un horaire différent chaque jour : très pratique quand vos horaires sont variables selon les jours.

Seule déception : il n’est possible de programmer qu’une rotation quotidienne. Autant dire que pour goûter la satisfaction de rentrer du travail dans un chez-soi pimpant, mieux vaut programmer le robot environ deux heures avant son retour.

Toutes ces fonctions (hors programmation) sont également disponibles sur la télécommande qui contient également trois flèches directionnelles, si vous souhaitez amener directement Roomba sur une zone donnée ou poursuivre le chat …

 

Ce modèle est doté d’un port d’extension qui pourrait permettre dans le futur d’y ajouter des fonctionnalités (contrôle par wifi, module radio pour un contrôle via votre box domotique, …).

 

Une efficacité certaine pour l’entretien “de tous les jours”

Certes, sur un sol très sale, il faudra plusieurs passages à Roomba pour être efficace à 100%. Toutefois, pour l’entretien quotidien de la maison, nous avons jugé Roomba efficace, à l’épreuve des difficultés de notre vie quotidienne : lorsque nous rentrons, les poils de chat ont été aspirés et la litière que le chat a jeté hors de sa maison de toilette a disparu : Roomba, à la différence d’aspirateurs manuels, n’écrase pas les grains de litière en laissant des traces sur le sol.

Pour notre usage quotidien et contrairement à ce que nous pensions, Roomba nous a paru très satisfaisant et adapté. Quand tout se passe correctement, la maison est propre lorsque nous rentrons, le tapis a été aspiré, et le robot est retourné à sa base de chargement. De plus, les différentes brosses permettent un nettoyage relativement “profond” : il ne s’agit pas seulement d’aspirer les poussières qui se sont déposées sur le sol, mais de frotter les surfaces.

Bien sûr, cela ne dispense pas du passage hebdomadaire de la serpillère, mais c’est un très bon outil d’entretien quotidien. Depuis que Roomba nous a quitté, nous avons pu constater un très grand manque ! Nous avions en effet remplacé un passage quotidien de balai par 5 minutes hebdomadaires de récurage des brosses de Roomba.

 

Les déceptions

Sans hésitations : le prix.

Cet aspirateur est fantastique, certes perfectible sur certains points, mais son problème majeur reste le prix... (649,99 Euros sur le site de Robopolis qui nous a aimablement prêté ce produit). Le Roomba 780 se situe plutôt dans le haut de la gamme.

 

Les petits défauts de Roomba :

- Roomba se coince parfois dans les câbles électriques ... même s’il arrive souvent à limiter les dégâts : il n’est resté bloqué que quelques fois, lorsque le câble est trop lâche ou s’il pouvait en aspirer un des bouts qui trainait.

Malheureusement, dans ces cas-là, le robot a la fâcheuse tendance de continuer à enrouler le câble autour de ses brosses et à essayer de se dégager en faisant des tours sur lui-même. Il finit tout de même par s'arrêter, après avoir signalé sa détresse ou s’être dégagé après beaucoup d’efforts.

Quand on cherche à démêler l'aspirateur, l’exercice est rapide, il suffit de tirer le fil dans le sens inverse. Dans de rares cas, cette tâche devient plus complexe et nécessite le démontage des brosses (sans outil, tout de même).

Mêmes difficultés si vos rideaux ont tendance à traîner sur le sol.

 

- les murs virtuels ne sont pas évidents à utiliser. En effet, il s'agit en fait de petites bornes que l'on positionne devant une zone dans laquelle on ne souhaite pas que le robot s'aventure (pour cause de câbles électriques, par exemple).

Le système en soi paraît bien pensé, puisque les murs virtuels ne sont en fait automatiquement activés que quand le robot quitte sa base : ainsi, les piles des murs virtuels sont relativement ménagées.

Toutefois, ces murs sont assez compliqués à utiliser : il est possible de régler la puissance du signal infra-rouge que le mur virtuel projette (jusqu’à 4 m), en fonction de la distance à couvrir. Toutefois, le faisceau est parfois trop large et proscrit en fait une zone bien plus grande que celle souhaitée…

 

- la télécommande qui permet de manœuvrer à distance Roomba est basée sur une technologie infra-rouge : si Roomba s’est arrêté sous un canapé (cela arrive parfois, quand son bac à poussière est plein), il faut trouver Roomba afin de le viser avec la télécommande pour le faire péniblement sortir de sa cachette (mais pourquoi ne pas avoir utilisé une technologie radio !?).

 

- il ne peut pas passer sous tous les meubles, du fait de sa hauteur de 9,2 cm. Malgré tout, il aspire des zones souvent oubliées lors du ménage manuel comme sous les lits, canapés, et autres meubles profonds. Attention aux meubles de 9 cm de haut : il arrive à Roomba de se coincer et d’essayer malgré tout de sortir, ce qui risque d’âbimer meuble et/ou aspirateur (pas de problèmes pour les dessous de meubles plus ou moins hauts).

 

- Roomba est relativement bruyant, il faut bien se l’avouer. N’espérez pas le lancer pendant que vous faites la sieste ou pendant que vous regardez la tv. Roomba a interrompu de nombreuses siestes félines. Il reste toutefois moins dérangeant qu’un aspirateur conventionnel, le niveau de gêne qu’il crée peut se comparer au niveau sonore d’un lave-vaisselle.

 

- Dernier regret : sa base de chargement n’intègre pas le transformateur. Il vous faudra donc trouver un endroit discret où brancher le dock en prenant en compte l’encombrement du transformateur au milieu du fil électrique.

 

Le Bilan

C'est avec un gros pincement au cœur que nous avons renvoyé Roomba à ses propriétaires… il est triomphalement sorti vainqueur de son combat quotidien contre chat-poilu-salissant.

Ce 780 a certes des défauts (le premier : le prix), mais il s’est avéré très efficace, relativement intelligent (grâce à ses algorithmes de navigation lui permettant de s’orienter et se sortir de situations de blocage comme les câbles), et assez habile pour se faufiler entre les différents obstacles (malgré ses mensurations relativement imposantes : 35 cm de diamètre pour 9,2 cm de hauteur).

Nous ne manquerons pas, après avoir essayé les modèles de ses principaux concurrents, de vous faire part de notre choix, via un article comparatif !

En attendant, n’hésitez pas à commenter cet article ou à poursuivre le débat via le forum de toute la domotique.

Vous n'avez pas compris un point ? Vous vous posez une question ? Vous pouvez nous contacter via le bouton Assistance sur votre gauche. N'hésitez pas à demander un rendez-vous téléphonique avec Domotics.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez le partager sur vos réseaux sociaux pour soutenir son auteur et l'encourager à écrire de nouveaux articles ...

 

Cet article vous est proposé par ElkAin : Technophile Toulousain, il souhaite retransmettre ce que l'Internet lui a appris. Sa devise : Mieux vaut penser les changements que changer les pansements.

Mise à jour le Samedi, 27 Juillet 2013 07:46  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recherche

Newsletter ?

Bon Plan

Instagram

Publicité



Connexion