Actualités | Audio/Vidéo | Evènements | DIY | Domotique | Informatique | Maison | Mobile | Sécurité

Avec une simple carte relais, élargissez les champs du possible (épisode 1)

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 11
MauvaisTrès bien 

L'objectif de cet article est de présenter deux exemples concrets d'utilisation d’une carte relais et plus particulièrement de la carte 8 relais de Teracom en mode "pull" (dans ce mode, c’est la box prend l’initiative d’envoyer des instructions ou d’interroger le statut de la carte relais) :

1 - L’utilisation de l’interface smartphone de la box domotique pour piloter des automatismes (portail / portes de garage), pour un coût de revient modique,
2 - La supervision d'équipements IP (Box, Caméra, Point d'accès WIFI, ...) et leur redémarrage en cas de non réponse.

Pour chacun des exemples, le principe de fonctionnement est explicité et un cas d'implémentation est donné concernant la box domotique Véra (Vera3 ou Vera Lite). Mais, il est tout à fait possible de transposer cette implémentation à d'autres box du marché.

 

 

La carte 8 relais TCW181B de Teracom - qui remplace la carte TCW180B - se connecte sur un réseau local Ethernet; elle est manageable soit par des commandes HTTP, un menu Web ou par un programme SNMP. Dans cet article, nous nous intéresserons plus particulièrement aux commandes HTTP. Une documentation complète est disponible su le site Teracom.

La carte Teracom est disponible sur les sites suivants : www.domio.fr, www.gotronic.fr et www.planete-domotique.com. Le prix varie de 79,00 € à 89,90 € selon les sites, auquel il faut rajouter le prix d'une alimentation 12 Vcc (il faut compter de 9 à 15 €), soit un prix de 11 à 14 € par relais.

Les principales caractéristiques de la carte TCW181B-CM sont :

- Alimentation 12 Vcc (non comprise)
- Entrée logique : niveau bas: 0,8 Vcc / niveau haut: 2,5 Vcc / tension maxi: 5,5 Vcc
- 8 relais inverseurs: 3 A/250 Vcc
- Connectique alim: 5,5 x 2,1 mm
- Température de travail: 0 à 40°C
- Dimensions: 115 x 90 x 40 mm

Les principes de la carte Teracom

La carte Teracom utilise une syntaxe de commandes HTTP relativement simple :

Commande

Description

Exemple

http://device.IP.address/?rX=1 l’état du relais X = ON http://192.168.1.201/?r1=1 (relais 1)
http://device.IP.address/?rX=0 l’état du relais X = OFF http://192.168.1.201/?r1=0
http://device.IP.address/?rX=1&rY=1 l’état des relais X et Y = ON http://192.168.1.201/?r1=1&r2=1 (relais 1 et 2)
http://device.IP.address/?tgX=1 l’état du relais X est inversé
http://device.IP.address/?plX=1 le relais X génère des impulsions (1)

(1) à la différence de la carte IPX800 de CGE Electronics, il n’est pas possible de configurer la durée de l’impulsion. Mais pour les utilisations décrites dans cet article, la carte Teracom est suffisante, la durée d’impulsion sera pris en charge par la box domotique.

L’état des relais et de l’entrée numérique est interrogeable par la commande HTTP suivante “http://device.ip.address/status.xml”, la carte relais renvoie alors la réponse suivante au format XML :

L’image ci-après montre la localisation des différents connecteurs. L’acronyme « NO » signifie « Normally Opened » soit normalement ouvert lorsque le relais n’est pas alimenté (OFF). L’acronyme « NC » signifie « Normally Closed» soit normalement fermé lorsque le relais n’est pas alimenté (OFF).

Il faut définir une adresse IP fixe (static address) afin que la carte relais soit manageable par la box domotique. La configuration se fait dans le menu "Network Setup", comme le montre la copie d'écran ci-après.

Exemple 1 - Multiplication des télécommandes

Le principe consiste à utiliser l’interface smartphone / tablette (android / iPhone) de la box domotique Vera afin d’interfonctionner avec une carte relais via des commandes HTTP. La carte relais qui est couplée en filaire avec un ou plusieurs automatismes (Portail et/ou portes de garage), génère une impulsion d'environ une seconde qui va provoquer l'ouverture / la fermeture / l'arrêt de l’action en cours.

Le coût de revient est pour le moins modique, il est environ de 11 à 14 € par automatisme (prix d'un relais auquel il convient d’ajouter de la connectique, essentiellement du câble téléphonique). Ce coût de revient est le même, quel que soit le nombre de téléphones configurés pour commander le(s) même(s) automatisme(s).

Les copies d'écran ci-après montrent deux utilisations possibles de l'application android "Home Buddy" :

- via un raccourci (partie gauche) : permet d’exécuter directement (sans lancer l’application “Home Buddy”) une scène (script de commandes) d'ouverture / de fermeture d’un équipement,

- directe (partie droite) : après le lancement de l’application “Home Buddy”), il convient d’utiliser le bon interrupteur virtuel.

L'utilisation en parallèle d'un widget tel que celui de l'application "IP Cam Viewer" (permettant la visualisation d’images et le contrôler de centaines de modèles de caméras) offre une vraie possibilité d'interaction à distance; ce qui est vraiment utile lorsqu’un enfant / un proche oublie ses clés.

Le schémas ci-après montre le principe d’interfonctionnement entre l’application android installée sur le smartphone, la box domotique et la carte relais. L’appui sur l’interrupteur virtuel du smartphone ou de la box va déclencher une scène qui va elle-même générer une impulsion via la carte relais à destination de l’automatisme connecté.

 

Personnellement, j'utilise deux types d’automatismes dans ma maison :

- CAME qui publie ses notices techniques en ligne. Il convient de rechercher sur le plan de la carte électronique, qu'elles sont les deux bornes permettant le raccordement d'un dispositif de commande (généralement un bouton poussoir) pour l’ouverture et la fermeture du portail ou d'une porte de garage.

- Normstahl qui a prévu en façade de l’appareil, une entrée impulsionnelle externe (ex. un bouton-poussoir mural) sous forme de prise RJ11.

 

Intégration de la carte relais

Le schéma ci-après montre le principe d’intégration de la carte relais avec trois automatismes.

J’ai réutilisé le câblage filaire (utilisation d’un câble de quatre paires téléphoniques) pour adjoindre à plusieurs endroits de la maison des commandes filaires des différents ouvrants (ici au niveau de la porte de service).

 

Configuration de l’interrupteur virtuel (Virtual ON/OFF Switches)

La copie d'écran ci-après montre les interrupteurs virtuels utilisés, un interrupteur par ouvrant (1 pour le portail et deux pour les portes de garage)


Room = 01-Sécurité Ouvrants (ou tout autre nom en fonction de votre configuration)

Device Name = Garage Gauche

Pas d’autre configuration


Programmation de la scène (script)

La partie suivante montre le script à implémenter; notez bien la façon dont est générée l’impulsion nécessaire au déclenchement de l’automatisme; ici la porte gauche du garage.

----------------------------------------------------------------------
-- Commande d'ouverture / fermeture de la Porte de Garage Gauche
----------------------------------------------------------------------
--  Piece = 01-Sécurité Ouvrants
--  Scene Name = Garage Gauche
----------------------------------------------------------------------
-- Trigger de déclenchement
-- Device = #116 Garage Gauche, A divice is turned on or off, device is turned on
----------------------------------------------------------------------


function VSwitch_Off_PGG ()
-- commande HTTP permettant de positionner à "0" l'état du relais 1 (“r1”); la valeur "3" correspondant au timeout
luup.inet.wget("http://192.168.1.201/?r1=0",3)
-- commande permettant de positionner à "0" le interrupteur virtuel; la valeur "116" correspondant à l'identifiant du module virtuel
luup.call_action("urn:upnp-org:serviceId:VSwitch1", "SetTarget", {newTargetValue = "0"}, 116)
end

-- Début de la procédure principale

-- commande permettant de positionner à "1" le interrupteur virtuel; la valeur "116" correspondant à l'identifiant du module virtuel
luup.call_action("urn:upnp-org:serviceId:VSwitch1", "SetTarget", {newTargetValue = "1"}, 116)
-- commande HTTP permettant de positionner à "1" l'état du relais 1 (“r1”); la valeur "3" correspondant au timeout
luup.inet.wget("192.168.1.201/?r1=1",3)
-- appel de la fonction "VSwitch_Off_PGG" après 1 seconde qui correspond à la durée de l'impulsion envoyée à l'automatisme
luup.call_delay("VSwitch_Off_PGG",1)

return true

 

Exemple 2 - Supervision d'équipements IP (Box, Camera, Point d'accès WIFI, ...)

Le module virtuel « Ping Sensor » de la box Véra génère à une fréquence régulière (la périodicité est configurée dans le module) des pings (commande informatique permettant d'envoyer une requête ICMP 'Echo') à destination de l'équipement IP à superviser (dans l’exemple un point d’accès WIFI). En cas de non réponse dudit équipement IP, le module virtuel va changer de statut (de triggered à untriggered) et donc déclencher une scène (script de commandes). Ce script va générer une coupure (dont la durée est configurable par le script) de l’alimentation électrique de l’équipement IP ; ce qui a pour conséquence de permettre une réinitialisation électrique et logicielle.

Le schéma ci-après montre le principe de câblage. Il faudra vous munir d'une fiche mal et d'une femelle correspondant à la prise électrique basse tension de l'équipement à superviser afin de réaliser une rallonge dont la polarité plus (couleur rouge) sera en coupure d’un relais. Le montage se fait très facilement avec un fer à souder, du câble mono-paire et de la gaine thermo rétractable.

Le site www.gotronic.fr regorge de prises en tout genre, vous devriez y trouver votre bonheur. Voici ci-une photo montrant le câblage terminé avec la gaine thermo-rétractable. Un tel type de montage offre l’avantage de ne pas modifier l’alimentation électrique des équipements, ce qui pourrait poser un problème en cas de disfonctionnement au cours de la période de garantie.

La photo ci-après montre le câblage terminé de la carte relais.

Configuration du module générateur de pings (Ping Sensor)

La copie d'écran ci-après montre le module utilisé

Room = 90-Réseau (ou tout autre nom en fonction de votre configuration)

Device Name = Point Access WIFI

IP Address = Adresse IP de l’équipement (celle-ci doit être fixe et non attribuée dynamiquement)

Period = 15 (périodicité en secondes de génération des pings)

Par défaut, le module virtuel est déclenché (Statut = « trigged”, couleur rouge). Lorsque l’équipement supervisé ne répond plus, le module virtuel n’est plus déclenché (Statut = « untrigged », couleur verte), le script ci-après est alors exécuté.

 

Programmation de la scènes (script)

La partie suivante montre le scripts à implémenter

----------------------------------------------------------------------
-- Wifi est devenu inactif, coupure de l'alimentation pendant 10 secondes
----------------------------------------------------------------------
--  Room = 99-Réseau
--  Scene Name = Wifi Inactive
----------------------------------------------------------------------
-- Trigger de déclenchement
-- Device = #135 Point Access Wifi, A sensor (door/window/motion/etc.) is tripped, device is not tripped
---------------------------------------------------------------------------------


function Wifi_Delay ()
-- commande HTTP permettant de positionner à "1" l'état du relais 5; la valeur "3" correspondant au timeout
luup.inet.wget("http://192.168.1.201/?r5=0",3)
end

-- Début de la procédure principale
-- commande HTTP permettant de positionner à "1" l'état du relais 5; la valeur "3" correspondant au timeout
luup.inet.wget("http://192.168.1.201/?r5=1",3)
-- appel de la fonction "Wifi_Delay" après 10 secondes qui correspond à la durée de coupure de l'alimentation
-- pour permettre la réinitialisation de l'équipement IP
luup.call_delay("Wifi_Delay",10)

return true

 

Conclusion

Personnellement, j’utilise depuis plusieurs mois les exemples décrits et voici mon feedback :

- Concernant l’utilisation de l’interface smartphone de la box domotique pour piloter des automatismes (portail / portes de garage), c’est complémentaire aux télécommandes classiques et cela peut s’avérer très utile surtout lorsqu’un membre de la famille à oublier sa télécommande et que le voisin qui possède le double est absent.

- Concernant la supervision des équipements IP (point d’accès WIFI / Box), c’est un vrai plus ; je n’entends plus les phrases : « le WIFI est tombé », « Internet ne marche plus». La box se charge automatiquement de superviser et de relancer lesdits équipements IP sans aucune intervention humaine.

Dans un prochain article (épisode 2), nous nous intéresserons au mode push d'un autre modèle de carte Teracom. Dans le mode "push", c'est la carte relais qui prend l'initiative (sur un évènement d'entrée) de notifier la box domotique.

Vous n'avez pas compris un point ? Vous vous posez une question ? Vous pouvez nous contacter via le bouton Assistance sur votre droite ou laissez nous un message au 09 75 18 51 41

Vous avez aimé cet article ? N’oubliez pas de le partager sur les réseaux sociaux pour soutenir TLD.

 

Cet article vous est proposé par Guy T.: Guy travaille dans le domaine des systèmes d'information pour le compte d'un opérateur de télécommunications. Il s'intéresse au bricolage en tout genre afin de rendre sa maison autant que faire se peut smart home tout en restant home sweet home. Il s'est lancé dans la domotique tout récemment en début d'année 2012.

Mise à jour le Mercredi, 02 Janvier 2013 22:06  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recherche

Les Flux RSS de TLD
Instagram

Produits Partenaires

GCE Electronics est partenaire de Touteladomotique.com RFXCOM.com est partenaire de Touteladomotique.com



Liens Utiles

Boutiques Partenaires

Liens Utiles

Un don pour TLD ?

Pourquoi faire un don ?

Publicité

Espaces publicitaires à louer
Contactez-nous

Connexion