Actualités | Audio/Vidéo | Evènements | DIY | Domotique | Informatique | Maison | Mobile | Sécurité

Pourquoi la domotique ne perce t'elle pas en France !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 12
MauvaisTrès bien 

Cette question est posée depuis de nombreuses années, mais sans vraiment avoir trouvé de réponse.

La première question est : qu’est ce que la domotique ? Ici, sur « Toute la domotique.com », les lecteurs le savent. Mais si on se déplace et si l’on questionne d’autres personnes, la plupart nous disent : « c’est quoi la domotique ». C’est à croire que ce mot est nouveau dans le dictionnaire. Pourtant l’automatisation de l’habitât existe depuis plus de trente ans.

Il suffit de regarder cette vidéo datant de 1979 :

Différentes causes sont signalées : manque de connaissance des personnes, faute aux architectes et des constructeurs de maisons effectuant de la rétention, des constructeurs de domotique vivant sur leurs acquis, des domoticiens privilégiant une clientèle aisée, et enfin des électriciens non qualifiés (avec cela, je ne me fais pas que des amis, mais faut-il se taire ? Bien sûr, dans chaque catégorie, cela ne concerne pas la
totalité des personnes).

Le manque de connaissance des Français

La France est un pays traditionaliste et il n’aime pas être bouleversé dans ses habitudes. Nous sommes le dernier pays d’Europe qui ait des intégrateurs KNX (et oui, même derrière les Espagnols, les Italiens, les Portugais dont beaucoup se moquent).

Une des raisons est simple : les Français ne sont pas au courant, car déjà personne, à part Promotelec, n’effectue de la publicité sur la domotique. Le peu de publicité vient seulement des « Journées de la domotique ».

Dans nos prospections, nous avons dialogué avec de nombreuses personnes. Elles nous disaient : « la domotique, c’est pour New York, voire Paris, mais certainement pas pour Toulouse ». Je leur répondais qu’à la campagne, on connaît plus la domotique qu’en ville. Pourquoi plus à la campagne ? Les gens ont besoin de gérer leur maison (en particulier de campagne) à distance : gestion du chauffage pour arriver dans une maison chaude, besoin d’un scénario pour animer leur maison pour éviter les vols, pour gérer une alarme (incendie, inondation, ou cambriolage). Ils reconnaissaient leurs retards.

 

Dans nos prospections, nous nous sommes aperçus de très nombreux préjugés :

- « La domotique coûte cher ». C’est vrai, mais on oublie de dire que, si l’on construit une maison ou si l’on rénove en électricité, l’installation durera dans le temps. Il suffit de voir les prêts immobiliers allant jusqu’à 30 ans. On oublie aussi de dire qu’une installation électrique n’est pas ce qui coûte le plus cher sur des travaux (3 % environ du budget global). En rajoutant la domotique on ne rajoute que 2 % environ. Enfin, votre maison domotisée, que vous payez pendant trente ans, va vous permettre de faire des économies d’énergie (10 à 30 % d’économie) pendant cette période. Faites le calcul !

- « La domotique, ça tombe en panne ». Faux ! Pas plus qu’un système électrique normal. Bien sûr, quand il n’y a pas d’électricité, cela ne fonctionne pas, comme une maison installée en électricité classique.

- « La domotique n’intéresse que les hommes ». Faux ! Les femmes, parfois réticentes au départ, sont plus demandeuses à partir du moment où elles connaissent l’installation, car elles sont exigeantes en confort.

- « La domotique, c’est un gros gadget ». Vrai et faux. Tout dépend de ce que l’on installe. Gérer son chauffage à distance, est-ce un simple gadget ? Les volets qui descendent tout seuls quand le soleil tape dans la maison, pour éviter une augmentation de température dans la maison en été, apportent une économie d’énergie. Les lumières qui s’allument en fonction des déplacements des personnes apportent du confort, mais elles effectuent surtout des économies d’énergie pour éviter les lumières allumées sans personne à l’intérieur de la pièce. La variation des lumières s’allumant en fonction de la luminosité des pièces est-elle un gadget ? Non ! Economie encore. Certains équipements peuvent encore, peut-être, sembler des gadgets. Mais quand les vitres électriques sont apparues dans les voitures, les gens disaient que c’était des
gadget. Est-ce toujours le cas ?

- « La domotique est difficile d’utilisation ». Faux ! Depuis de nombreuses années, un gros effort a été fait par les constructeurs de domotique pour que les produits soient utilisables par tous, du plus jeune au plus âgé, du plus valide au plus handicapé.

 

Nous nous sommes aperçus du fait que les Français ont peur de l’inconnu, et la domotique reste un domaine obscur. En France, nous sommes capables d’avoir de grandes innovations, proposées par de grands inventeurs, mais rejetées par la population (la peur de l’inconnu). De plus, « si ça ne fait pas mode », cela n’est pas intéressant pour beaucoup. Nous vivons sous l’emprise de la mode, même dans ces domaines.

Les gens commencent à s’intéresser à la maison connectée, car ils achètent des Smartphones ayant de grandes capacités, mais dont ils n’utilisent que très peu d’options.

Aussi, si on prend, pour comparaison, les voitures des années 1970, leurs équivalents actuels sont tout à la fois plus sûrs, plus confortables, plus puissants, tout en étant moins polluants et moins gourmands, et pourtant très « domotisés ». A contrario, les maisons d’aujourd’hui sont très proches de celles que l’on construisait dans les années soixante-dix ! Pourquoi si peu d’évolution en 40 ans ?

Bien sûr, il y a eu des évolutions qui concernent surtout l’efficacité énergétique : crise de l’énergie oblige, les pouvoirs publics ont pris des mesures allant dans le sens d’une moindre consommation. Mais on serait aujourd’hui en droit d’attendre plus de nos maisons, en particulier de l’installation électrique. Car, si de gros progrès ont été faits dans le domaine de la sécurité (par exemple les différentiels 30 mA, la généralisation des prises de terre…), rien n’a été fait pour le confort. Seuls de gros progrès ont été réalisés grâce à la norme NF-C 15-100 qui régit les installations électriques résidentielles : c’est l’intégration obligatoire de prises de communication dans les pièces principales (c’est-à- dire des prises capables de faire passer le téléphone, le réseau ou la TV).

Qui n’aimerait pas pouvoir disposer d’une commande centralisée des volets, des lumières, une maison capable de détecter les besoins d’éclairage ou de vous prévenir en cas de fuite d’eau ? Ceci vous paraît impossible ? Il existe pourtant des voitures capables de lire les panneaux, de corriger votre trajectoire ou de freiner à votre place en cas de danger. Et il existe aussi de nouveaux HLM qui ont des volets électriques centralisés.

Mais les gens ont besoin de conseils, et en particulier de ceux des architectes et des constructeurs de maisons. Mais ces conseils leur sont-ils donnés ?

 

Les constructeurs de maison et architectes font de la rétention

Les architectes et constructeurs de maisons ne proposent pas assez de domotique.

Ils ne veulent surtout pas vous en parler. Pourquoi ? Il suffisait d’aller au forum au salon de l’immobilier, à Toulouse en octobre, pour mieux comprendre. Un des intervenants (un constructeur de maisons), devant plusieurs dizaines de personnes, préconisait de se dépêcher de faire des projets immobiliers avant la fin de l’année 2012. Pourquoi ? Pour ne pas faire des maisons sous la règle « RT 2012 » (obligatoire à partir de janvier 2013). La RT 2012 oblige à faire des maisons à basse consommation d’énergie. Bien sûr, les maisons coûtent plus cher à l’achat, car les produits sont plus performants, plus isolants, mais votre consommation d’énergie peut baisser d’environ 30 %. C’était donc un mauvais conseil, donné par un mauvais constructeur de maisons, qui ne cherchait que son profit immédiat, en défiant même la loi française. Cela est fini aujourd’hui.

L’architecte conventionnel, lui, ne regarde que le budget, sans chercher, ni trouver, de solution annexe.

Ce dernier ne propose que des solutions basiques sans ouvrir d’horizons. Certains même n’ont pas de connaissance en la matière (difficile alors de le proposer aux clients, évidemment !). Il est impressionnant de dialoguer avec certains architectes sur ce domaine : ils ne connaissent pas, et, d’ailleurs, ne veulent pas trop savoir (essayer de dialoguer de ce sujet avec eux et vous verrez leur réticence !). Certains constructeurs de maisons ne connaissaient même pas l’existence de la domotique. Dans nos dialogues avec eux, nous nous sommes très vite aperçus du manque d’acquis dans la matière. Ils sont capables de proposer une maison avec mille options différentes de carrelage, de volets, de fenêtres, mais rien en électricité (n’a-t-elle pourtant pas évolué depuis plus de 100 ans ?).

Aujourd’hui, la domotique commence à intéresser les constructeurs de maisons, car, avec la norme RT 2012, les architectes sont contraints par la loi à construire des maisons à basse consommation d’énergie ; mais il a fallu qu’un gouvernement l’impose (ce qui déplaît beaucoup aux architectes).

Mais ces architectes (bien sûr, ce n’est pas la totalité) ne sont pas les seuls fautifs, mais beaucoup devraient se rapprocher de domoticiens pour apporter des maisons évolutives consommant peu, et mieux connaître les solutions.

Les gens qui décident de faire construire une maison doivent absolument bousculer le rythme des architectes.

 

Les constructeurs de produits domotiques ne font pas d'effort

Les constructeurs de produits domotiques vivent sur un marché de produits électriques important. Certains se sont cassés la figure en France dans les années 90 (sources venant de commerciaux de Schneider) en domotique. Maintenant, ils vont tranquillement sur ce domaine. La demande en domotique est encore faible, donc ce n’est pas là qu’ils mettent tous leurs efforts.

Pour les Journées nationales de la domotique (organisées par Promotelec), nous avons dû prévenir plusieurs marques des dates nouvelles, car ils ne se sentaient pas plus concernés que cela. Ils n’ont pas fait de publicité particulière alors que le moment était excellent.

Si eux, constructeurs de produits domotiques ayant des budgets importants, ne font pas une communication importante sur la domotique au niveau national, comment les installeurs peuvent-ils faire évoluer la domotique ? Comment les Français peuvent-ils apprendre à connaître ? Comment les architectes peuvent proposer ?

Aussi, deux cas de constructeurs s’affrontent avec des conceptions différentes.

Certains vous proposent des produits de qualité moyenne avec une durée de vie moyenne et peu de possibilités à venir ; et d’autres proposent des produits de qualité, mais ils font des marges excessives.

Certains proposent des produits préprogrammés, facilement transformables par le client ; d’autres des produits programmés par des domoticiens apportant plus de possibilités à la clientèle.

Les constructeurs de produits domotique nous ont même proposé de ne plus parler du mot « domotique », mais plutôt « d’automatisme ». Faut-il avoir honte de prononcer ce mot ? Faut-il se cacher quand on parle de domotique ?

 

Domoticiens voulant ne vendre qu'aux riches

Pourquoi proposer de la domotique à un maximum de personnes quand il suffit d’avoir une clientèle riche pour faire vivre le domoticien ? C’est pour cela que certains ne proposent pas de produits vendus à bas coût dans les supermarchés de bricolage.

C’est cette façon de travailler qui donne l’idée aux Français que la domotique n’est réservée qu’aux riches.

Peut-on mettre de la domotique sans que cela coûte trop cher ? Oui, bien sûr : il suffit de mettre en place la base de la domotique et d’améliorer par la suite votre maison en fonction de votre budget. Et c’est quoi « la base » ? C’est simplement l’installation d’un câble BUS.

 

Electriciens non qualifiés

Enfin, nous avons les électriciens. Ceux-ci ne proposent pas la domotique, ou très peu, pour plusieurs raisons :

- Ils arrivent à vivre grâce de l’électricité classique (pourquoi s’embêter à payer des stages ? )

- Sinon, ils doivent acquérir une connaissance spécifique en domotique (donc payer des stages coûtants parfois très chers).

- Ils doivent toujours mettre à jour leurs connaissances, car l’électricité classique est tellement plus simple.

Ils proposent parfois des produits préprogrammés par radio et qui ne demandant pas d’équipements particuliers, ni de connaissance. Il suffit de demander à un électricien s’il installe de la domotique, faites l’essai ! Vous verrez !

Dans nos connaissances, une personne passionnée par les automatismes a fait refaire son installation électrique il y a 4 ans. L’électricien lui a conseillé tout simplement de l’électricité classique, c’est-à-dire seulement ce qu’il connaissait. Rien d’étonnant, mais lorsque, par la suite, ce client a souhaité être domotisé et faire évoluer son installation vers des automatismes, il a fallu modifier beaucoup de choses qui auraient pu être évitées dans son appartement, et cela lui a coûté beaucoup plus cher.

Heureusement la profession est en train de changer, ouf !, mais nous avons un minimum de dix ans de retard.

 

Existe t'il des solutions ?

Avec toutes ces rétentions, on pourrait être démotivé devant l’ampleur du travail à faire. Pourtant nous sommes au début de la domotique car les smartphones offrent de nouvelles possibilités.

Comment peut–on développer la domotique en France et faire baisser les coûts ?

Un blog comme « Toute la domotique.com » aide à mieux connaître. C’est très bien mais cela ne suffit pas. En effet, ce sont des passionnés de domotique qui viennent sur ce blog. Promotelec essaye aussi de développer la domotique, mais il me semble qu’ils sont un peu seuls. Alors que faut-il faire ? Dialoguer avec le maximum de personnes, déranger les architectes, les électriciens, les domoticiens. Écrire et poser un maximum de questions sur les sites de tous genres. Allez voir les showrooms qui existent sur la France et qui sont généralement ouverts au public, mais où il faut souvent réserver. Déranger vos voisins, vos amis, vos commerçants, vos artisans… Bousculez-les, changer les rythmes.

Bref, plus de personnes bougeront, plus la domotique avancera et les coûts baisseront. Il faut parler de domotique sur tous les sites, faire réfléchir les gens, leur expliquer que la domotique n’est pas seulement ce que l’on trouve dans les supermarchés de bricolage, mais que c’est un système complet sur du long terme pouvant être modifié au fur et à mesure des projets.

 

Changeons notre électricité par rapport à 1897 ! Mais a t'on changé nos mentalités ?

P.S. : Il y a 35 ans, on trouvait déjà, dans les vitrines des magasins de pièces détachées de voiture de Bangkok, des kits de climatisation à installer soi-même ; en Australie, dans les supermarchés, des climatiseurs à emporter ; en Angleterre des mini-chauffe-eau électriques qui ne consommaient que le strict nécessaire et étaient d’une étonnante rapidité, alors que nous nous battions toujours, en France, contre les chaudières genre « Chaffoteaux et Maury » qui nous glaçaient ou nous brûlaient, surtout à distance. Et en Scandinavie (Ikéa) des variateurs lumineux à économie d’énergie pour moins que rien.

Pourquoi la France et les Français sont-ils donc si retardataires ?

Vous n'avez pas compris un point ? Vous vous posez une question ? Vous pouvez nous contacter via le bouton Assistance sur votre droite ou laissez nous un message au 09 75 18 51 41

Vous avez aimé cet article ? N’oubliez pas de le partager sur les réseaux sociaux pour soutenir TLD.

 

Cet article vous est proposé par Expert-Domotic: Expert-Domotic est une société Toulousaine qui accompagne ses clients dans une démarche raisonnée de la domotique. Installateurs KNX, ils vous feront découvrir le sujet à travers quelques articles. Expert-Domotic vous invite à découvrir leur site Expert Domotic.

Mise à jour le Mardi, 12 Mars 2013 21:03  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recherche

Les Flux RSS de TLD
Instagram

Produits Partenaires

GCE Electronics est partenaire de Touteladomotique.com RFXCOM.com est partenaire de Touteladomotique.com



Liens Utiles

Boutiques Partenaires

Liens Utiles

Un don pour TLD ?

Pourquoi faire un don ?

Publicité

Espaces publicitaires à louer
Contactez-nous

Connexion