Virtualisation domestique – Tutoriel Windows (Fin) – Partie 16

Mardi, 17 Juillet 2018 06:00 Okimi
Imprimer
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 

Après avoir vu précédemment comment intégrer les drivers VirtIO sur une installation de Windows déjà virtualisée, je vais vous montrer comment redimensionner un disque virtuel sous Proxmox et Windows et comment accéder à la machine virtuelle depuis différents supports (PC, Smartphone, tablette).

 

Augmenter la taille d'un disque virtuel dans Proxmox et Windows

Après l'installation de Windows XP, 7, 8.1 ou 10 avec les réglages disque que je vous ai indiqué précédemment, il vous restera à peine 5 Go de libre sur la partition système. J'aurais pu vous faire configurer la VM avec 10 ou 20 Go de plus dés le début mais auriez-vous eu assez de place sur votre serveur ?

Je vais donc vous montrer comment ajouter de l'espace au disque virtuel de votre VM. Pour les versions 7, 8.1 et 10 de Windows, c'est assez simple. Pour XP (et Linux car c'est la même procédure), cela se complique un peu.


Si ce n'est pas déjà fait, commencez par éteindre la VM. Puis allez dans la partie Matériel de la machine virtuelle, sélectionnez la ligne du disque et cliquez sur l'onglet Redimensionner le disque. Renseignez le nombre de giga-octets que vous souhaitez ajouter au disque virtuel de la VM. Pour Windows 7, 8.1 et 10 il suffit de redémarrer la VM et d'accéder au Gestionnaire de disque de Windows.


Augmentation sous Windows 7

Faites un clic gauche de la souris sur le bouton du menu en bas à gauche de l'écran puis un clic droit sur Ordinateur et enfin cliquez sur Gérer.

Une fois dans la fenêtre de gestion de l'ordinateur, cliquez sur Gestion des disques dans l'arborescence de gauche.

Le partitionnement du disque principal va apparaître à droite et vous devriez voir l'espace supplémentaire que vous venez d'ajouter.


Faites un clic droit sur la partition système C: et cliquez sur Etendre le volume.


Un assistant va vous proposer d'étendre le volume système avec tout l'espace disponible. Vous n'avez plus qu'à valider la configuration en cliquant sur Suivant.


Votre partition système est désormais augmentée et vous n'avez même pas besoin de redémarrer la machine pour prendre en compte les changements.



Augmentation sous Windows 8.1 et 10 :

Le principe est exactement le même à un détail près. Depuis la version 8.0, le mode d'extinction de Windows a changé. La fonction Arrêter provoque en réalité une mise en veille prolongée permettant un redémarrage rapide appelé Démarrage hybride (Hybrid-boot). Je vous invite à lire cette page pour mieux comprendre : https://blogs.technet.microsoft.com/windowsfr/2013/01/03/windows-8-le-dmarrage-hybride/

Vous allez me dire "et alors ? Quel est le rapport avec l'augmentation du disque de ma machine virtuelle ?" Et bien c'est assez simple. Lors d'une mise en veille prolongée ou d'un arrêt hybride, Windows copie le contenu de la mémoire vive et les paramètres de l'ordinateur dans un fichier sur le disque. Si vous modifiez un paramètre système comme la taille du disque entre un arrêt et un redémarrage hybride, il va y avoir un conflit de paramètres et Windows risque fort de perdre les pédales. En pratique (car j'ai quand même testé) Windows ne va pas voir l'augmentation du disque et vous ne pourrez donc pas étendre le volume. Mais si vous insistez (lourdement comme moi) en utilisant un programme de partitionnement externe comme Gparted, c'est le crash assuré.

Pour pouvoir quand même redimensionner votre disque virtuel sous Windows 8.1 et 10, vous devez faire un arrêt complet de Windows. Parmi les méthodes possibles, je trouve que la création d'un raccourci Extinction Complète sur le bureau est celle qui vous sera la plus utile par la suite.

Faites un clic droit sur un espace vide du bureau de Windows et cliquez sur Nouveau puis Raccourci.
Tapez ensuite cette ligne de commande pour renseigner l'emplacement de l'élément : C:\Windows\System32\shutdown.exe /s /f /t 3

Shutdown.exe est un utilitaire intégré à Windows qui permet d'arrêter ou de redémarrer l'ordinateur avec une ligne de commande qui peut être intégrée dans un script. Les options qui nous intéressent ici sont :
/s :  Arrêter l'ordinateur  (arrêt complet sans mode hybride).
/f :  Force la fermeture des applications en cours d'exécution.
/t xxx  :  Définir la durée avant l'arrêt au bout de xxx secondes.

Vous trouverez plus d'options en tapant shutdown.exe /? en ligne de commande Windows (invite de commande ou PowerShell selon les versions).

Je vous propose de définir 3 secondes avant le début de l'arrêt juste pour voir apparaître un bandeau vous indiquant l'arrêt imminent du système. Si vous ne voulez pas voir ce message, mettez zéro seconde après le paramètre /t. Si vous souhaitez pouvoir annuler l'arrêt il faudra créer un 2ème raccourci avec comme commande shutdown.exe /a pour annuler le précédent ordre, et éventuellement augmenter le temps.

Cliquez sur Suivant et donnez un nom explicite au raccourci (par exemple Extinction Complète)


Une fois le raccourci créé sur le bureau, faites un clic droit dessus et ouvrez ses propriétés.


Cliquez ensuite sur Changer d'icône. Windows va alors vous avertir que le programme shutdown.exe ne contient pas d'icône.


Après validation, il va vous proposer une bibliothèque d'icônes issues du fichier Shell32.dll. Choisissez l'icône rouge en bas à droite.

Vous disposez maintenant d'un beau bouton pour arrêter Windows. C'est le moment de l'essayer.

Une fois la VM éteinte, retournez dans Proxmox puis, dans la partie Matériel, sélectionnez le disque virtuel et cliquez sur le bouton Redimmensionner le disque pour augmenter sa capacité.


Redémarrez ensuite la machine virtuelle et connectez-vous à Windows. Puis faites un clic droit sur le bouton du menu démarrer et lancez le Gestionnaire de disque.

Faites un clic droit sur C: et sélectionnez Etendre le volume.

Un assistant va vous proposer d'augmenter la capacité du volume avec tout l'espace non alloué sur le disque. Cliquez sur suivant pour valider sa proposition.


A la fin de la procédure, votre volume a été augmenté et vous n'avez même pas besoin de redémarrer Windows.


Augmentation sous Windows XP :

Sous Windows XP la procédure pour augmenter l'espace disque est un peu plus complexe car la fonction Etendre le volume du Gestionnaire de disque n'existait pas encore. Il va falloir utiliser GParted, un utilitaire de partitionnement et formatage tournant sur un Live CD de Linux :  https://sourceforge.net/projects/gparted/files/gparted-live-stable/

Le téléchargement par défaut (bouton vert) correspond à la dernière version en 32 bits. Si vous préférez utiliser la version 64 bits, il faudra parcourir le dossier le plus récent et choisir le fichier finissant par amd64.iso .


Une fois le fichier ISO récupéré, chargez-le dans l'espace de stockage Local de Proxmox puis rendez-vous dans la partie Matériel de la machine virtuelle Windows XP. Editez le lecteur CD de la VM et sélectionnez l'image ISO de GParted.

Sélectionnez ensuite le disque virtuel et cliquez sur Redimmensionner le disque pour ajouter quelques giga-octets.

Puis allez dans la partie Options de la VM et placez le CD-ROM en tête des périphériques de boot.


Vous pouvez maintenant redémarrer la machine virtuelle. Le LiveCD de GParted va alors se lancer. Validez la première ligne du menu puis, à l'écran suivant,  conservez le choix Don't touch keymap.

Tapez ensuite 08 pour choisir le Français comme langue d'installation.


Puis appuyez sur Entrée pour lancer l'interface graphique et GParted.


Vous arrivez alors sur une fenêtre qui ressemble un peu au gestionnaire de disque de Windows, avec la représentation de la partition système et d'une zone d'espace non allouée.

Premier reflexe à acquérir, même avec un seul disque : vérifiez l'identifiant du disque sélectionné en haut à droite. vda indique le premier disque VirtIO. C'est celui qui nous intéresse. Si votre disque utilise un contrôleur IDE, il se nommera hda.

Cliquez sur la première partition (/dev/vda1) puis sur le bouton Redimmensionner/Déplacer.

A l'aide de la souris, attrapez le bout de la barre jaune et blanche entourée de vert et étirez-la jusqu'à l'extrémité droite. Ou bien tapez 0 dans la case Espace libre suivant.

A ce stade votre manipulation n'a encore eu aucun effet sur le disque. Vous devez cliquer sur le bouton Apply pour appliquer les changements définitivement.

Une fenêtre d'avertissement va s'ouvrir. Vérifiez une dernière fois et cliquez sur Apply.

Une fois l'opération terminée, fermez la fenêtre et quittez le programme en cliquant sur le menu GParted puis Quit.


Retournez dans Proxmox et stoppez la machine virtuelle Windows XP. J'ai bien dit Stopper et non Arrêter. Stopper va éteindre brutalement la VM. Cette méthode un peu sauvage je l'avoue va vous évitez d'attendre un bon moment (quand cela fonctionne) que le LiveCD veuille bien s'arrêter si vous l'éteignez depuis l'interface Linux Gnome. En environnement virtualisé, il n'y a pas de risque pour le matériel mais sur une machine physique, il vaut mieux arrêter proprement Linux.

Une fois la VM stoppée, détachez l'image ISO de GParted et retournez dans la partie Options pour replacer le disque virtuel avant le CD-ROM dans l'ordre de boot des périphériques. Redémarrez ensuite la VM et lancez sa console.

Windows va afficher un bel écran bleu mais ne vous inquiétez pas. Il a juste trouvé étrange le changement de capacité du disque et il lance une analyse du système de fichier.

Ensuite il va redémarrer puis détecter un nouveau matériel et l'installer automatiquement. Pour lui le disque n'est pas le même qu'avant. Enfin vous aurez besoin de redémarrer une dernière fois le système pour valider les changements.

 

Réduction du disque virtuel sous Windows

Si vous commencez à manquer d'espace de stockage sur votre serveur Proxmox pour les images disques des VM et que vous avez affecté trop d'espace aux machines virtuelles Windows, cette partie du tutoriel devrait vous intéresser.

Si l'augmentation de capacité du disque virtuel d'une VM sous Proxmox est relativement simple (surtout avec Windows 7 et les versions supérieures), la réduction est par contre moins évidente et plus risquée. Déjà l'interface graphique de Proxmox ne propose pas de réduire un disque. Il faut passer par une commande en ligne dans le Shell (ou avec Putty).
Mais la difficulté principale est de libérer totalement l'espace libre sur le volume système à réduire car Proxmox ne fait pas de sentiments quand il retaille un disque. Si des fragments de fichiers se trouvent à la fin du volume, ils seront effacés lors du redimensionnement.

Le principe est donc de réduire la partition système avant d'appliquer la commande LVresize dans Proxmox. Quelque soit la version du système d'exploitation de la VM, prévoyez toujours de libérer un peu plus d'espace sur la partition que la valeur dont vous avez besoin. Par exemple pour réduire de 5 Go avec LVresize, libérez au moins 5200 Mo (5x1024 + 80 Mo de marge). Vous pourrez toujours étendre la partition modifiée avec les quelques dizaines de méga-octets restants après la procédure de réduction.

Je vais vous détailler la procédure pour Windows 8.1, qui sera la même pour 7 et 10 et je vous expliquerai brièvement la méthode pour XP.

 

Réduction sous Windows 8.1 :


Dans Windows, faites un clic droit sur le bouton démarrer et lancez le gestionnaire de disque.

Sélectionnez la partition système C:, faites un clic droit dessus et cliquez sur Réduire le volume.


L'assistant va analyser la partition  quelques instants et vous proposer une quantité d'espace pouvant être réduit.
Si vous avez de la chance, cette valeur sera supérieure à votre objectif et vous pourrez réduire la partition du premier coup.

Mais je ne vais pas vous mentir. Il y a peu de chance que l'assistant vous propose tout l'espace libre à la première analyse. Très souvent des fragments de fichiers sont éparpillés sur le disque et il n'y a pas assez d'espace libre contigu pouvant servir à réduire la partition.
Vous pouvez commencer par tenter une défragmentation du disque avec l'outil intégré à Windows (clic droit sur la partition, puis Propriétés et onglet Outils) ou avec un utilitaire comme Auslogics Disk Defrag (https://auslogics-disk-defrag.fr.uptodown.com/windows).

Si la défragmentation est efficace, vous pourrez réduire la partition et obtenir ainsi un espace disque non alloué d'une taille légèrement supérieure à votre objectif final (dans mon cas, 5.08 Go pour 5 Go désirés).
Eteignez ensuite la VM avec le raccourci Extinction Complète (voir augmentation Windows 10).


Si vous n'arrivez toujours pas à atteindre votre objectif de réduction, vous devrez utiliser GParted pour réduire directement la partition. Gparted s'occupera dans ce cas de déplacer les fragments de fichiers gênants. La procédure est la même que pour l'augmentation de la partition sous Windows XP :

1-  Eteignez la VM avec le raccourci Extinction Complète.
2-  Editez le lecteur CD de la VM pour lier l'image ISO de GParted.
3-  Placez le lecteur CD en tête des périphériques de boot (partie Options de la VM).
4-  Démarrez la VM pour booter sur le LiveCD de GParted.
5-  Lancez l'installation en mémoire de GParted (Don't touch keymap, langue 08, 0 pour StartX).
6-  Sélectionnez la partition système à redimensionner.
7-  Réduisez-la de la taille désirée, majorée d'une centaine de méga-octets de marge.
8-  Vérifiez et appliquez les modifications.
9-  Quittez GParted et stoppez la VM.
10- Replacez le disque virtuel en tête des périphériques de boot.
11- Détachez l'image ISO de GParted du lecteur CD.
A ce stade de la procédure, quelque soit la méthode, vous devez disposer sur le disque de votre VM d'un espace non alloué au bout de la partition système et la machine virtuelle doit être arrêtée (arrêt complet pour Windows 8.1 et 10). Pour l'instant, pour Proxmox, le disque virtuel n'a pas changé de taille.

Rendez-vous maintenant dans la partie Matériel de la VM, sélectionnez le disque virtuel et cliquez sur le bouton Detach.


Une fois détaché, le disque va apparaître sur une autre ligne comme inutilisé. Notez bien son nom (vm-176-disk-1 par exemple) car c'est très important pour la suite.


Passez maintenant en ligne de commande via le Shell de Proxmox ou Putty puis tapez la commande lvdisplay pour voir tous les volumes de la partition LVM de Proxmox.

En plus des volumes logiques root, swap et data, la partition LVM contient un volume pour chaque disque virtuel des VM.
Vérifiez que le disque de votre VM Windows y figure bien, avec la bonne taille et notez à nouveau son chemin d'accès (LV Path).


Tapez maintenant la commande suivante pour réduire le volume :

lvresize -L -5G /dev/pve/vm-XXX-disk-1

où -5G correspond à une réduction de 5 Go, XXX est le numéro ID de la VM et 1 l'identifiant du disque.

ATTENTION !  Ne vous trompez surtout pas sur le numéro de la VM et l'identifiant du disque au risque d'endommager irrémédiablement une autre machine virtuelle.


Proxmox vous demande confirmation et procède ensuite à la réduction du volume.

Il ne vous reste plus qu'à éditer le disque inutilisé pour le rattacher à la VM.
Pensez à remettre le même type de contrôleur (VirtIO dans mon cas) et le même identifiant.

Une fois la VM redémarrée, rendez-vous dans le gestionnaire de disque.
Vous devez voir une petite quantité d'espace non alloué correspondant à la marge que vous avez laissé tout à l'heure. Faites un clic droit sur la partition système pour l'étendre en utilisant l'espace libre.



Réduction sous Windows XP :

Sous Windows XP, le principe est le même mais vous n'aurez pas le choix. Il faudra passer directement par GParted et réduire la partition sur le même principe que précédemment.

Accéder à Windows depuis un PC, un Smartphone ou une tablette :

Pour accéder à votre machine virtuelle, vous utilisez la console VNC de Proxmox ? Il existe une autre solution, plus performante, plus souple et un peu plus sécurisée : le protocole RDP (Remote Desktop Protocol).
Sous Windows, le protocole RDP est utilisé par le programme Connexion Bureau à distance. Pour pouvoir l'utiliser il faut commencer par activer la fonction Bureau à distance dans les paramètres Système de Windows. RDP existe depuis Windows NT 4.0 et a évolué au fil des versions de Windows : http://www.virtu-desk.fr/blog/divers/le-protocole-microsoft-rdp-a-c-ur-ouvert.html

RDP utilise par défaut le port 3389. Mais comme souvent avec un numéro de port figé et connu, il est vulnérable aux attaques malveillantes, d'autant plus que ce protocole permet une prise de contrôle totale de la machine distante. Je vous conseille donc de ne pas ouvrir le port 3389 directement sur l'extérieur et si possible de le changer :

https://social.technet.microsoft.com/Forums/fr-FR/0ccfbe6a-a12b-453f-a669-f95024f596f2/rds-security-changer-le-port-dcoute-rdp-par-dfaut-3389-contribution-technet?forum=windowsserver8fr

https://kb.iweb.com/hc/fr/articles/230242388-Changer-le-port-d-accès-à-distance-Remote-Desktop-à-votre-serveur-Windows



Activation du Bureau à distance sous Windows 10 :

Accédez aux paramètres Système depuis le menu Paramètres (icône engrenage) ou en faisant un clic droit sur le menu Démarrer puis Système. Parcourez la liste des options pratiquement jusqu'en bas pour atteindre Bureau à distance.

Cliquez ensuite sur le bouton pour activer la fonction et confirmez l'activation.


Une fois le Bureau à distance activé, cliquez sur Paramètres avancés et vérifiez que l'option Authentification au niveau du réseau est bien cochée.

 

Activation du Bureau à distance sous Windows 8.1

Sous Windows 8.1, vous trouverez l'option Bureau à distance après avoir fait un clic droit sur le bouton Démarrer de Windows (ou en accédant au Panneau de configuration), puis Système et Paramètres d'utilisation à distance (2ème option à gauche). Cliquez ensuite sur Autoriser les connexions à distance à cet ordinateur et cochez la case juste en dessous. Profitez-en aussi pour décocher l'Assistance à distance, inutile et très peu sécurisée.


Activation du Bureau à distance sous Windows 7


Le principe est le même que pour Windows 8.1 à l'exception que vous devrez ouvrir le Panneau de configuration pour pouvoir accéder aux paramètres Système et ensuite aux Paramètres d'utilisation à distance.


Activation du Bureau à distance sous Windows XP


Sous XP, ouvrez le Panneau de configuration, cliquez sur Performances et maintenance puis Système.

Cliquez ensuite sur l'onglet Utilisation à distance et comme pour les autres versions, cochez Bureau à distance et décochez Assistance à distance.

 

Connexion à la VM Windows depuis un PC Windows :

Windows, quelque soit la version, intègre déjà un client Remote Desktop permettant de se connecter à un autre ordinateur avec le protocole RDP.
Vous le trouverez généralement dans les accessoires de Windows sous le nom Connexion Bureau à distance.
Son utilisation est très simple. Il suffit d'indiquer l'adresse IP de l'ordinateur distant (la VM Windows dans notre cas) et éventuellement le port d'accès. Le nom d'utilisateur et son mot de passe vous seront ensuite demandés.



Connexion à la VM Windows depuis Linux :

Sous Linux, selon les distributions, vous trouverez quelques clients RDP (et VNC) comme xRDP, Rdesktop ou Remmina avec son plugin RDP. J'utilise surtout xRDP comme serveur RDP sur une machine Linux pour y accéder depuis un PC Windows et Rdesktop comme client pour me connecter à une VM Windows depuis un Raspberry Pi 3 par exemple.

Rdesktop s'utilise en mode graphique depuis un terminal administrateur (rdesktop [adresse IP de la machine à contrôler]) et ouvre ensuite une fenêtre pour afficher et contrôler la machine distante.

 

Connexion à la VM Windows depuis un Macintosh ou un iPad/iPhone :

Sous Mac OSX, il existe quelques clients RDP disponibles au téléchargement. Le plus répandu est Microsoft Remote Desktop qui existe aussi pour iOS.



Connexion au Bureau à distance depuis Android :

Sous Android, il existe également de nombreux clients RDP mais je vous recommanderais (encore) Microsoft Remote Desktop.


Vous allez maintenant pouvoir accéder à votre machine virtuelle Windows depuis votre tablette ou votre Smartphone. Mais je ne vais pas vous mentir. Si afficher Windows 7 sur un Smartphone est toujours fun au début, la taille de l'écran et l'absence de souris finissent très vite par gâcher le plaisir.


A suivre :

Avant de vous montrer comment créer une machine virtuelle et un conteneur Linux Debian 9 (Stretch) qui pourront servir de base à Jeedom ou tout serveur Linux, je vais vous proposer dans le prochain article, de tester Android 7.1 et Imperihome sur Proxmox.

 

NOUVEAU : Retrouvez nos articles en Vidéos sur YouTube

Mise à jour le Mardi, 24 Juillet 2018 19:45