Thinking Cleaner pour Roomba 700/800 : Test d’une solution alternative

Lundi, 18 Janvier 2016 06:00 YannickS
Imprimer
Note des utilisateurs: / 9
MauvaisTrès bien 

J’avais évoqué sur Touteladomotique.com il y a quelques mois le produit Thinking Cleaner (http://www.thinkingcleaner.com/) qui permet d’ajouter une connexion Wifi aux aspirateurs Roomba.

Pour rappel, Thinking Cleaner (développé par la société néerlandaise Thinking Bits) est un concurrent du Roowifi. D’après les retours utilisateurs, le Roowifi (même sur la version 2) a deux petits inconvénients : d’une part le fait que la carte électronique chauffe beaucoup, et d’autre part le fait qu’il puisse s’accrocher facilement aux obstacles car la carte électronique est à nu et dépasse de la face supérieure du Roomba. Thinking Cleaner a quant à lui une conception différente : la carte électronique est proprement intégrée au sein d’un cache en plastique qui remplace le cache d’origine Roomba. Le module Wifi est ainsi bien protégé par le cache en plastique et à en croire les utilisateurs, aucune chauffe anormale n’a été constatée.

Mais jusqu’à présent, le produit était réservé aux Roomba séries 500 et 600. En effet, même si l’électronique est compatible avec la série 700/800, sur les Roomba de la série 700/800 l’emplacement du connecteur PS/2 est différent (situé sous la poignée), ce qui nécessite de revoir la conception du cache Thinking Cleaner. La fabrication d’un moule étant onéreuse, Thinking Bits a lancé une campagne KickStarter en septembre 2015, que j’avais évoquée sur ce blog.

Malheureusement, le financement a échoué. Mais Thinking Bits a tenu à aller au bout de son idée et propose aujourd’hui une solution alternative. Mais attention, je préviens dès maintenant que cette alternative fait perdre à la fois la garantie du Roomba et celle du Thinking Cleaner. C’est un  point embêtant, sur lequel je reviendrai en fin d’article, car je pense que la solution proposée est tout de même intéressante.

1.    Mise en place

Faute de moyen pour fabriquer un nouveau moule pour le cache, Thinking Beats a pensé à l’impression 3D ! La solution alternative consiste à récupérer la carte électronique d’un exemplaire Thinking Cleaner pour 500/600, et coller sur le Roomba le nouveau cache obtenu par impression 3D.

Voici les étapes de la mise en place:

1.    Acheter un modèle Thinking Cleaner pour Roomba 500/600 (disponible ici) et en extraire la carte électronique compatible avec les Roomba 700/800. C’est cette opération qui fait perdre la garantie sur le Thinking Cleaner. A l’aide d’un tournevis plat assez fin (ou couteau à huîtres dans mon cas), il suffit d’enlever le contact avec la colle située aux 4 coins. Le cache en plastique ne servira pas.

2.    Si on met place la carte électronique sur le connecteur PS/2 du Roomba, on s’aperçoit que la poignée ne peut se fermer. Il faut donc raboter une petite partie de la poignée (face inférieure qui n’est pas visible). J’ai fait cette opération à l’aide d’un outil multifonction qui m’a permis d’enlever la matière de façon rapide et propre. Cette opération fait perdre la garantie sur le Roomba. Si effectué minutieusement, le visuel du Roomba n’est pas altéré.

Voici le résultat obtenu :

On peut donc à ce stade brancher la PCB du Thinking Cleaner et refermer la poignée du Roomba.

3.    Pour obtenir le cache de protection, il y a 2 options :

o    Vous pouvez télécharger le fichier d’impression 3D (disponible ici) et imprimer le cache par vos propres moyens

o    Ou acheter directement le cache imprimé, ici pour 25€ hors frais de port ou ici pour 10€ hors frais de port. 2 couleurs sont disponibles : gris ou noir.

 

Le cache se fixe ensuite à l’aide d’un adhésif double face. Il faut veiller à ce que la rétractation des parois (lors des chocs) puisse toujours se faire sans souci. Voici le résultat :

Voilà, le Thinking Cleaner est en place ! Le résultat est assez propre. A noter que la position de la poignée est légèrement surélevée par rapport à la position d’origine.

Thinking Beats a publié une vidéo pour montrer tout cela: https://www.youtube.com/watch?v=ztiTtWBcoXg

 

2.    Utilisation

Une fois le Thinking Cleaner en place, il est alimenté par le Roomba et la LED clignote en rouge. C’est normal, cela signifie que le module est en attente de configuration.

La configuration s’effectue avec un smartphone ou une tablette (iOS ou Android). Il suffit d’installer l’application Thinking Cleaner et se laisser guider. Celle-ci va détecter le réseau Wifi généré par le module et le routeur (configuré en DHCP) va ensuite l’inclure au réseau local Wifi.

Le Roomba est bien reconnu et la LED doit à ce stade clignoter en vert. On accède au panneau « Dashboard ».

L’application propose 3 menus : « Dashboard », « Schedule » et « Notifications » :

Je ne détaillerai pas ici l’utilisation de toutes les fonctionnalités. C’est très intuitif et des articles existent déjà sur le sujet. Je vais me contenter de lister les fonctionnalités proposées.

Sur le dashboard, les fonctionnalités sont les suivantes :
-    Etat de la batterie
-    Statut du Roomba : en charge, en marche, etc…
-    Bouton « Clean », « Spot », « Dock » équivalent aux boutons physiques. Si l’on reste appuyé sur « Clean », on accède à des fonctions avancées comme le départ différé ou le nettoyage « Max » (lorsque le niveau de batterie descend en dessous de 20% il revient à sa base)
-    Ensuite les boutons autour du cercle permettent de déplacer le Roomba (l’aspiration est désactivée)
-    Enfin, l’icône musique permet de faire jouer un son afin de le retrouver plus facilement.

Le menu « Schedule » permet de définir des programmations et le menu « Notifications » permet, en créant un compte sur thinkingsync.com, d’être notifié (push et/ou e-mail) des changements de statut du Roomba (Nettoyage, Arrêt, Dock, Erreur, Corbeille pleine)

Thinking Cleaner permet aussi le « geofencing », à savoir que l’application peut utiliser la position GPS du téléphone pour déclencher des actions du Roomba. Sur le papier, cette fonctionnalité est intéressante, mais personnellement je ne l’utilise pas car la position GPS du téléphone peut être approximative, et je n’ai pas envie, par exemple, de lancer le Roomba si je passe à la boulangerie près de chez moi alors que mon fils fait la sieste…

A noter que le Thinking  Cleaner embarque aussi un serveur web qui le rend accessible depuis un PC avec son adresse IP. Le contenu et fonctionnalités sont identiques à l’application pour smartphone/tablette.

 

3.    API et interaction domotique

Ce qui rend à mon sens le produit vraiment intéressant, c’est qu’il propose aussi une API qui permet de l’intégrer facilement dans un système domotique tiers. Elle est accessible ici et en voici les principales commandes :
-    http://IP_THINKING_CLEANER/command.json?command=clean pour nettoyage normal
-    http://IP_THINKING_CLEANER/command.json?command=dock pour revenir à la base
-    http://IP_THINKING_CLEANER/command.json?command=spot pour nettoyage spot
-    http://IP_THINKING_CLEANER/command.json?command=max pour nettoyage max
-    http://IP_THINKING_CLEANER/command.json?command=CleanDelay&minutes=X pour nettoyage différé de X minutes
-    http://IP_THINKING_CLEANER/command.json?command=find_me pour faire sonner
-    http://IP_THINKING_CLEANER/command.json?command=drive_only&degrees=X&speed=Y pour déplacer seulement d’un degré X à vitesse Y
-    http://IP_THINKING_CLEANER/command.json?command=poweroff pour éteindre
-    http://IP_THINKING_CLEANER/full_status.json permet de récupérer toutes les informations (état, batterie, etc)
C’est très complet et des développements ont déjà été réalisés pour beaucoup de box domotiques : Fibaro, Vera, Jeedom, Homeseer, HomeWizard, SmartThings, etc. Voir la liste complète ici.
Possédant une Vera, j’ai installé le plugin disponible, et j’ai couplé le Thinking Cleaner avec mon alarme :
-    Quand j’active l’alarme, cela lance le nettoyage
-    Si je désactive l’alarme et que le Roomba est en fonctionnement, il revient à sa base.

Là j’y trouve un réel intérêt. Auparavant, j’avais planifié le Roomba pour qu’il se lance quotidiennement à une heure fixe. Mais combien de fois le Roomba s’est lancé lorsque nous étions en congés à la maison, ou plus exceptionnellement en arrêt maladie, ou même inutilement lorsque nous étions absent pour une longue durée en vacances. Maintenant c’est du passé ! Piloté par la box domotique, son fonctionnement a gagné en intelligence : je l’ai couplé à ma commande d’alarme, on peut aussi imaginer le lier à son agenda personnel.

 

4.    Conclusion

Ceci est une solution alternative pour ceux qui souhaitent utiliser le Thinking Cleaner avec un Roomba 700/800. Sur ces séries 700/800, la programmation est nativement disponible sur le Roomba. Outre rajouter un peu de fun (on retrouve un peu son âme d’enfant et les 1ères voitures télécommandées ☺), l’utilisation du Thinking Cleaner seul n’a de réel intérêt que la partie notification et le geofencing. Ce qui apporte un réel intérêt selon moi, c’est l’interopérabilité, à savoir son API très complète ! Couplé à une intelligence externe (comme une box domotique), l’utilisation du Roomba peut être gérée de façon plus aboutie.

Comme déjà vu, les inconvénients ne sont pas minimes car cela fait perdre à la fois la garantie du Roomba et du Thinking Cleaner. Cela parait même inconcevable. MAIS :

Concernant la garantie du Roomba, l’opération à réaliser consiste à enlever un peu de plastique sur la poignée et est donc sans risque pour le bon fonctionnement du Roomba. Je le concède, cela serait dommage de faire cette modification sur un Roomba neuf. Ce n’était pas mon cas.

Sur la garantie du Thinking Cleaner, j’ai suggéré à Thinking Bits de vendre uniquement la carte électronique (sans le cache inutile puisqu’à retirer), mais ce n’est pas envisageable pour eux car cela nécessiterait de passer de nouvelles certifications CE et FCC, ce qui est très coûteux. Néanmoins, en cas de souci, si la carte électronique est en bon état, Thinking Bits s’engage à échanger le produit. Ils ont confiance en leur produit car il n’y a quasiment aucun retour SAV. Cela inspire aussi confiance côté utilisateur.
Personnellement, j’ai fait le choix de prendre ces risques car les retours utilisateurs sont très bons. A l’utilisation, je n’ai effectivement pas remarqué de surchauffe de la carte électronique. Je n’ai rien à redire à l’utilisation, je suis entièrement satisfait, le produit est adopté !

 

En résumé, voici les Pros/Cons.

Les plus :
-    Produit de qualité, fiable
-    Ouverture, API très complète
-    Plugins déjà disponibles pour la majorité des box domotiques

 

Les moins :
-    Perte de garantie Roomba et Thinking Cleaner. Mais sur le Thinking Cleaner, Thinking Bits s’est engagé à se montrer conciliant si la carte électronique n’est pas endommagée
-    C’est une solution alternative, moins intégrée et beaucoup moins immédiate que pour la série 500/600.
-    Pas d’appli Windows Phone. Peut être compensé par l’interface web.

 

Un grand merci à Thinking Bits pour l’envoi de cet exemplaire de test et plus particulièrement à Matthijs van de Vathorst (CEO) qui s’est montré très réactif et à l’écoute lors de nos échanges.

Vous n'avez pas compris un point ? Vous vous posez une question ? Vous pouvez nous contacter via le bouton Assistance sur votre gauche. N'hésitez pas à demander un rendez-vous téléphonique avec Domotics.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez le partager sur vos réseaux sociaux pour soutenir son auteur et l'encourager à écrire de nouveaux articles ...

 

Cet article vous est proposé par YannickS: De formation ingénieur en mathématiques appliquées, je travaille dans le secteur Aéronautique en région Toulousaine. J'ai commencé à m'intéresser à la domotique en 2012 avec la construction de ma maison. C'est grâce au partage d'expériences de blogueurs que j'ai pu me documenter, choisir et mettre en place mon installation. Comme un juste retour, je partage à présent ma petite expérience sur ce sujet passionnant.

Mise à jour le Dimanche, 17 Janvier 2016 21:50