Actualités | Audio/Vidéo | Evènements | DIY | Domotique | Informatique | Maison | Mobile | Sécurité

Virtualisation domestique – Tutoriel OpenMediaVault 4 (Suite) – Partie 9

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 

Après avoir vu dans le précédent article comment installer OpenMediaVault 4, nous allons voir maintenant quelques paramétrages de base et je vous montrerai comment assigner un disque physique à une machine virtuelle.

 

Après avoir tapé l'adresse IP de votre machine virtuelle OMV 4 dans votre navigateur Internet, vous accédez à l'interface et une petite fenêtre d'authentification apparaît. A la première connexion, le nom d'utilisateur est admin et le mot de passe openmediavault.


Vous arrivez ensuite sur le tableau de bord d'OMV 4 qui affiche le statut des principaux services. Pour l'instant seul le service SSH est actif, avec un accès complet à l'utilisateur root. Si vous voulez par la suite restreindre l'accès SSH root, il suffira de désactiver Connexion root dans le menu SSH.

Sous la fenêtre des services, vous pouvez voir quelques informations sur le système. Notre processeur virtuel KVM64 porte maintenant l'appellation de Common KVM processor.


A gauche vous retrouvez une arborescence avec toutes les fonctionnalités du logiciel. Nous allons commencer par affecter une adresse IP statique à la machine virtuelle OMV. Rendez-vous dans le menu Système puis Réseau et l'onglet Interfaces.


Actuellement l'adresse IPv4 est affectée par le serveur DHCP de votre réseau local. Cliquez sur Modifier et choisissez la méthode Statique.
Puis renseignez une adresse IP (je mets souvent comme dernier groupe de chiffre, le numéro ID de la VM dans Proxmox) , le masque de sous-réseau et l'adresse de la passerelle (généralement c'est l'adresse de votre box Internet).

Laissez l'IPv6 désactivée et renseignez une ou plusieurs adresses pour les serveurs DNS en les séparant par une virgule ou un point virgule. Vous pouvez taper l'adresse IP de votre box Internet pour utiliser les DNS de votre fournisseur d'accès ou bien utiliser d'autres serveurs DNS comme ceux de Google. A ce sujet, je vous invite à lire cet article de Korben, toujours d'actualité : https://korben.info/choisissez-bien-vos-serveurs-dns.html


Enregistrez les modifications et appliquez-les. Oui c'est une particularité d'OpenMediaVault. Après chaque modification de la configuration, une barre d'alerte va apparaître et vous demander d'appliquer les changements. Cette double validation permet de tester les modifications et de revenir en arrière en cas de problème.


Reconnectez-vous ensuite avec la nouvelle adresse IP. Nous allons maintenant changer le mot de passe du compte administrateur en se rendant dans le menu Système puis Paramètres généraux et dans l'onglet Sécurité Administrateur.


Nous allons également créer un nouvel utilisateur avec des droits administrateur. Rendez-vous dans Gestion des droits d'accès puis Utilisateur.

Cliquez sur Ajouter et tapez un nom et un mot de passe. Dans l'onglet Groupes, cochez adm.

Nous allons ensuite activer les connexions sécurisées HTTPS mais avant il faut créer un certificat SSL. Rendez-vous dans le menu Système puis Certificats et l'onglet SSL  et cliquez sur Ajouter.
Renseignez au minimum les champs Nom commun et Pays puis validez le nouveau certificat.

Allez ensuite dans le menu Paramètres généraux et Connections sécurisées puis activez SSL/TLS et choisissez le nouveau certificat.

Il vous reste une dernière manipulation importante à réaliser : la mise à jour du système. Pour cela rendez-vous dans Update Management et cliquez sur Vérifier. Cochez ensuite tous les paquets de la liste et faites Mise à niveau.

Cette tâche sera à renouveler au moins une fois par mois pour pouvoir disposer entre autres des derniers correctifs de sécurité.

 

Les plugins


Avant de vous montrer comment rattacher un disque physique à votre machine virtuelle OpenMediaVault et activer le partage de fichiers Samba, je vais vous parler du menu Plugins.

Il est possible de compléter les fonctionnalités d'OMV par l'ajout d'extensions appelées plugins. Certains sont déjà accessibles avec l'installation de base mais les plus intéressants sont disponibles sur omv-extras.org : http://omv-extras.org/joomla/index.php/omv-plugins-4

Suivez ce lien http://omv-extras.org/openmediavault-omvextrasorg_latest_all4.deb pour télécharger le plugin OMV-Extras puis rendez-vous dans le menu Plugins et cliquez sur le bouton Télécharger. Sélectionnez le fichier que vous venez de récupérer et validez.

Un nouveau plugin vient de rejoindre ceux déjà présents. Cochez-le et cliquez sur Installer.

Le menu OMV-Extras va apparaître sous le menu Plugins. Il permet de configurer les dépôts d'OMV-Extras.

Vous pouvez retourner dans le menu Plugins pour voir les nouveaux venus. Je ne vais pas vous les décrire mais sachez que vous pouvez ajouter des fonctions multimédia à OMV avec minidlna et Plexmediaserver, une base de données avec mysql, des outils de backup, etc …
Vous pouvez même faire de la virtualisation à partir d'OMV avec Virtualbox et Docker. Mais cela n'a bien sûr aucun intérêt pour une installation d'OpenMediaVault déjà virtualisée.


Sauvegarde et Restauration de la VM


Maintenant que votre NAS OMV4 est bien configuré, je vous conseille de réaliser une première sauvegarde dans Proxmox. Pour cela rendez-vous dans l'onglet Sauvegarde de la VM et cliquez sur Sauvegarder maintenant.

Une petite fenêtre s'ouvre et vous demande de sélectionnez le dossier de stockage de la sauvegarde, le mode (Shapshot = VM en fonctionnement, Suspendre = VM en pause ou Eteindre = VM arrêtée) et la compression à utiliser (LZO = faible compression mais rapide ou GZIP = compresse davantage mais plus lent). Vous pouvez également renseigner une adresse mail pour recevoir un rapport à la fin de la sauvegarde.


Si vous avez besoin par la suite de restaurer cette sauvegarde, il faudra aller sur le dossier de stockage, sélectionner le fichier LZO ou GZ, indiquer un emplacement de restauration (local-lvm généralement) et renseigner un numéro ID libre pour la VM.
Bien qu'il existe une fonction dédiée, accessible par un clic droit de la souris sur le nom de la VM, c'est cette méthode que j'utilise aussi pour cloner une machine virtuelle.

 

Rattachement d'un disque physique à la VM :


Nous allons maintenant voir comment rattacher un disque dur physique à notre NAS virtuel. Je considère que le disque est déjà installé dans le serveur. Si ce n'est pas le cas, arrêtez la VM, éteignez le serveur, installez votre ou vos disques et redémarrez le bestiau.
Sachez que Proxmox peut gérer les disques externes USB 3 comme des disques internes SATA. C'est très pratique quand vous n'avez pas assez de ports SATA sur votre carte mère. Bien sûr les débits du disque seront bridés par l'interface USB 3.0 mais pour du stockage ce n'est pas un problème (j'atteins quand même les 50 Mo/s avec un WD Green 2To et un boitier ORICO).

Dans le menu Disques de l'hôte, repérez le nom du disque que vous voulez ajouter à la VM  (par exemple /dev/sdb)

En ligne de commande (Shell Proxmox par exemple), tapez :

qm set 173 --sata0 /dev/sdb

 

où 173 est le numéro ID de votre VM, sata0 la première interface Sata libre et /dev/sdb le nom du disque à rattacher.

De retour dans l'onglet Matériel de la VM, vous pouvez voir votre disque et ses caractéristiques.

Faites ensuite un double clic sur la ligne du nouveau disque dur et cochez Aucune sauvegarde dans les paramètres du disque. Si vous ne cochez pas cette case, le contenu du disque sera sauvegardé avec la machine virtuelle lors d'un Snapshot. Je vous laisse imaginer le temps et l'espace disque utilisés !

 

Utilisation du nouveau disque dans OMV :


En vous rendant dans le menu Stockage puis Disks d'OMV, vous pourrez voir les disques présents, dont notre nouveau disque qui porte le nom de /dev/sda (Sata0).

NOTA : il n'est pas possible de créer plusieurs partitions sur un disque dans OMV. Il faut les créer avant en ligne de commande Linux, par exemple avec cfdisk.


Pour pouvoir l'utiliser il va falloir le formater, c'est-à-dire lui appliquer un système de fichiers. Rendez-vous dans le menu Stockage puis Systèmes de fichiers et cliquez sur Créer.

Choisissez le périphérique (/dev/sda dans notre cas), donnez un nom au volume et précisez le système de fichiers à utiliser. Btrfs est plus récent que Ext4 et apporte des fonctionnalités intéressantes comme la protection des données, le redimensionnement à chaud ou la compression : https://fr.wikipedia.org/wiki/Btrfs

Une fois le système de fichiers créé, il faut encore monter le disque pour pouvoir l'utiliser. Pour cela, cliquez sur le bouton Monter (c'est évident mais je préfère quand même le dire ).

Nous allons ensuite créer un dossier accessible depuis votre réseau local. Rendez-vous dans Gestion des droits d'accès puis Dossiers partagés et ajoutez un nouveau dossier.

Donnez un nom, choisissez le périphèrique sur lequel sera créé le dossier et modifiez éventuellement les droits d'accès (par défaut Lecture/Ecriture pour tout le monde)


Allez ensuite dans le menu Services et SMB/CIFS pour activer Samba qui va permettre d'accéder au dossier partagé depuis votre réseau local.


Puis rendez-vous dans l'onglet Partages pour ajouter un partage. Sélectionnez votre dossier partagé, et renseignez les adresses IP autorisées (ou interdites) à se connecter. Pour autoriser toutes les adresses de votre réseau vous pouvez utiliser le codage CIDR x.x.x.0/24  (exemple 192.168.1.0/24)



Vous disposez maintenant d'un dossier partagé, accessible par exemple depuis l'explorateur de fichier de votre PC en tapant \\192.168.1.173\Temp  (adresse IP à adapter).


A suivre :

Dans le prochain tutoriel (que beaucoup attendent), nous verrons comment créer un NAS sous DSM 6.1.6 avec XPEnology.

NOUVEAU : Retrouvez nos articles en Vidéos sur YouTube

Mise à jour le Dimanche, 27 Mai 2018 15:39  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recherche

Newsletter ?

Instagram

Publicité



Connexion